A propos

Frédéric Moïs, la quarantaine…

Mes parents faisant tous les deux de la photographie amateur, je suis tombé dans le déclic tout petit. Ce sont eux qui m’ont donné ce goût à la photographie, au plaisir d’observer et de partager ces moments visuels. Très jeune, j’imprimais donc mes clichés noir et blanc (argentique) dans la chambre noire familiale et intégrais un club photo amateur. Parmi ces photographes passionnés (et expérimentés), j’ai pu acquérir les connaissances de base nécessaires pour me lancer. D’abord dans le paysage (j’attendais parfois un long moment pour éviter que des gens soient sur la photo). Puis, lors de voyages à l’étranger, j’ai goûté au plaisir du portrait… Mais toujours en gardant une note spontanée. Ma priorité dans la photographie est le partage d’un instant qui m’a marqué (positivement ou négativement). Je ne travaille donc pas (encore) en studio mais préfère les portraits naturels, pris sur le vif.

Ma passion pour la musique (et la connaissance de quelques organisateurs de festivals bien sympathiques) m’a donc naturellement dirigé vers la photo de concert, un de mes sujets privilégiés actuellement. J’ai toujours du plaisir devant la scène à essayer de capter le bon moment, mettant en évidence musiciens, jeux de lumières, et/ou public festif.
Plaisir que je tente donc de retransmettre par mes clichés, pour que se poursuivre ce bel instant.

Mais j’aime aussi les défis et la découverte… Donc d’autres projets se mettent (ou se mettront) en place.